Détroit Become Human, la claque de Quantic Dream

Si vous avez suivi les dernières actualités jeu vidéo vous avez sans doute vu la sortie de Detroit Become Human de Quantic Dream sur Playstation 4.

J’ai pu y jouer et je vous livre une partie de mes impressions (pour ne pas vous spoiler).

Au démarrage du jeu, nous rencontrons trois personnages androïdes : Connor, Markus et Kara.

Conor, l’inspecteur gadget

Connor est l’androïd créé par CyberLife, la société responsable de la création et de la gestion des robots. Connor est un inspecteur qui vient en aide à la police de Détroit pour détecter les androïdes défectueux appelés « Deviants ». La première mission vous plonge directement dans l’ambiance sombre du jeu. Je ne vous en dis pas plus, je pense que vous apprécierez vous plonger dans tous les indices de l’enquêtes.

 

Kara, la bonne à tout faire

Detroit Become Human jongle entre les histoires afin de vous permettre de réaliser des choix forts qui pourront permettre des croisements futurs. Kara, est une androïde qui a été endommagée par son propriétaire. On retrouve Kara au magasin avant de rentrer chez elle. Kara est l’aide ménagère et maternelle dans la maison. Vous aurez donc de multiples choix qui s’offrir à vous dans cette première mission. Accepterez vous de faire le ménage ? Passerez devant la télé pendant le match ? A vous d’écrire votre histoire

 

Markus, le deuxième fils

Enfin, nous croiserons la route de Markus, un androïde qui vient en aide à une personne âgée handicapée. Vous découvrirez Markus dans une ville de Détroit un peu en ébullition à cause des androïdes de CyberLife. Je vous invite à croiser les chemins des manifestants et autres protagonistes pour vous faire une idée de l’atmosphère qui règne dans Détroit.

 

Le Ying et le Yang des émotions

Aux premiers abords, Quantic Dream nous donne une image sympathique de l’utilisation des androïdes dans la vie de tous les jours. On voit des robots qui aident les humains, qui font le ménage ou même qui aide à résoudre des enquêtes parfois complexes.

Cependant, plus on va avancer dans le jeu, plus on va se rendre compte des problèmes que cela engendre. Perte d’emploi, précarité, frustration sont les éléments qui ressortent du deuxième point de vue que l’on pourra avoir. Il faut se rappeler que dans Detroit Become Human, nous sommes en 2038 (c’est dans 20 ans !!!!), les robots prennent la place des humains dans leur travail ou même à la guerre. C’est donc intéressant d’entrer dans ce second point de vue afin de se projeter dans le futur qui nous attend surement.

 

Detroit Become Human : L’effet papillon puissance 1000

Lorsque vous commencerez votre aventure, vous vous rendrez compte de la multitude de choix possible qui s’ouvre à vous. C’est la preuve que le jeu peut se jouer de plusieurs manières. Soit vous êtes méticuleux et vous recherchez le moindre élément cliquable ou actionnable pour réaliser un événement, soit vous foncez dans le tas et ne prenez pas en compte les indices mais limiterez vos futurs choix possible.

 

Ma conclusion, une merveille

Detroit Become Human était un jeu très attendu pour moi. Les premières minutes du jeu m’ont tout de suite plongé dans cette aventure. Esthétiquement magnifique, une bande originale à couper le souffle, le jeu de Quantic Dream nous permet de nous projeter dans un univers pas si lointain qui laisse à réfléchir.

Auteur de l’article : Fr-Pingu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.