L.A Noire : retour sur un jeu passé inaperçu - GamesPlaystation

L.A Noire : retour sur un jeu passé inaperçu

S’il y a une chose dont les jeux n’ont pas fait grand cas, c’est bien le bon vieux meurtre mystérieux. Récemment, des titres comme Heavy Rain et même la série Phoenix Wright sur portables ont abordé la question, mais le genre est largement dépassé par les jeux qui préfèrent tirer directement plutôt que de traduire un criminel en justice. Maintenant, Team Bondi nous offre un regard miteux, sombre et cynique sur le Los Angeles des années 40, et le résultat est un jeu que, pour diverses raisons, je le recommanderais à tous ceux qui recherchent quelque chose de différent, de mature, mais pas nécessairement poli à la perfection.

Mettre le noir dans Noire

L’histoire de L.A. Noire est le point culminant du jeu, et c’est à partir de là que les histoires classiques de détectives sont créées. Cole Phelps est un officier de retour de la Seconde Guerre mondiale, décoré de l’Étoile d’argent, et travaillant dans les rues de Los Angeles en tant que flic de quartier. Son ambition et sa quête incessante de la justice l’amènent à quitter l’uniforme pour revêtir le costume de détective et le fedora, et il commence à s’attaquer à la montagne de crimes, de corruption et de vice qui a toujours existé à Los Angeles. L’histoire finit par tirer des fils de son propre passé militaire, en tissant les choses ensemble d’une manière poignante et crédible, mais il vaut mieux laisser aux joueurs le soin de le découvrir par eux-mêmes. Il suffit de dire qu’il est fort probable que le seul jeu de 2011 qui donnera à L.A. Noire une chance de faire mieux que L.A. Noire sur le plan narratif soit Mass Effect 3. Le scénariste et réalisateur Brendan McNamara a réussi à rendre un hommage à la fois substantiel et convaincant au film noir sous forme interactive.

Au niveau des graphismes, L.A. Noire est mitigé. Tout d’abord, mettons de côté la technologie de capture faciale tant vantée. Elle est phénoménale, éliminant entièrement le problème de l’Uncanny Valley et créant une Uncanny Mountain où le réalisme des visages fait que les corps et les environnements moins détaillés créent la déconnexion qui donne aux joueurs un sentiment d’erreur. C’est un sacrifice nécessaire que Bondi a dû faire afin d’obtenir la fidélité qu’ils voulaient dans les visages, mais les joueurs observateurs noteront que la qualité graphique globale n’est pas au même niveau que d’autres titres AAA. L’éclairage est bon, le déchirement de l’écran est négligeable, mais le spectre de toutes ces données faciales se manifeste par des baisses de fréquence d’images notables dans les scènes de crime bondées, ainsi que par un effet de pseudo-arrachement sur les visages lors des contorsions faciales plus émotionnelles.

Classic Game Room - L.A. NOIRE review - YouTube

Du côté audio, le jeu serait parfait si ce n’était d’un défaut flagrant. Les dialogues sont bien délivrés et il est probable qu’il s’agisse de l’interprétation la plus forte de cette année dans un jeu. La musique est une révélation, Rockstar ayant une fois de plus fait preuve de diligence et rempli la station de radio avec des artistes authentiques de l’époque comme Ella Fitzgerald, Thelonius Monk et Billie Holiday, ainsi que des compositions de jazz originales parfaitement adaptées à la partition. Les effets sonores sont également excellents, avec des basses tonitruantes qui font ressortir l’impact des armes les plus lourdes, comme le fusil automatique Browning, et des effets surround subtils lorsque l’on se promène sur une scène de crime. Le seul défaut significatif de l’audio est le “décalage” occasionnel des dialogues où la parole peut parfois être en retard sur la synchronisation labiale. Cela n’arrive pas souvent, mais c’est gênant et immédiatement perceptible quand cela arrive.

À bien des égards, ce n’est pas un jeu Rockstar que les joueurs connaissent. Il y a des voitures, du tir à couvert et une grande ville, mais les similitudes s’arrêtent là. Vous disposez d’une vaste reproduction vintage de Los Angeles, d’une précision effrayante, mais le jeu est linéaire et il n’y a guère de raison d’explorer la ville en dehors des missions, à l’exception de quelques chasses d’objets facultatives et de quelques missions annexes appelées “crimes de rue”. Vous êtes un flic, donc le respect de la loi est primordial et le fait d’écraser des civils aura un impact sur l’évaluation de votre dossier. Vous ne pouvez pas non plus sortir votre arme quand bon vous semble et vous déchaîner. Phelps ne dégainera son arme que dans des situations de combat prédéterminées, donc ceux qui s’attendent à un monde ouvert typique de l’anarchie sont invités à rester loin.

La plus grande surprise de L.A. Noire est qu’il ne s’agit pas tant d’un jeu de détective que d’un jeu d’interrogatoire. Les joueurs dirigent Phelps tout au long de son ascension fulgurante au sein de la police de Los Angeles, résolvant les affaires les unes après les autres, mais il ne s’agit pas du genre de “détection” que des années d’enquêtes policières et de procédures policières ont habitué les joueurs à attendre. Les joueurs doivent recueillir des indices sur une scène de crime, certes, mais les indices eux-mêmes ne sont pas la finalité, ils ne sont qu’un moyen de fournir des munitions pour le cœur et l’âme du jeu : l’interrogatoire du suspect.

Comme une grande partie du budget du jeu a été consacrée à l’étonnante technologie de capture faciale, c’est l’interrogatoire qui constitue la pierre angulaire du gameplay. Les joueurs s’assoient avec un suspect ou un témoin, posent des questions à partir d’une liste fixe, et obtiennent des aveux ou ouvrent de nouvelles pistes en décidant si la personne interrogée dit la vérité ou ment. Une fois qu’une réponse a été donnée

Résumé

L.A Noire est un jeu qui est sorti il y a 10 ans maintenant et qui a révolutionné le genre. Mélangeant un monde ouvert style GTA et un jeu policier, vous aurez la tâche de résoudre des enquêtes pas facile, en mettant votre réflexion en avant. Un pur plaisir.

Overall
8/10
8/10
Envoi
User Review
0/10 (0 votes)
0/10
Comments Rating 0/10 (0 reviews)

Pros

Les animations faciales

Les enquêtes

Les dialogues

Les intéractions et les choix possibles

Cons

Quelques bugs d’affichage (version PS3) qui gênent le passage

Des chargement un peu long parfois

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email

Découvrez d'autres tests !

Test - It takes two

It takes Two : le verdict final

Hello bonjour, moi c’est Farren ! Aujourd’hui j’ai eu envie de rejoindre la belle famille de GamesPlayStation pour, le temps d’un article (et plus si