the procession to calvary 20220205211002 min
J'ai enfin testé

Procession to Calvary : un délire au temps du Moyen-Age

Qu’obtenez-vous lorsque vous mélangez l’esthétique des peintures de la Renaissance, les sons de la musique classique, l’humour noir surréaliste, l’ambiance des Monty Python et, en option, des meurtres et/ou du grabuge ? Tout d’abord, c’est la garantie de passer un bon moment. Mais ce qui est peut-être plus important encore, c’est la procession au Calvaire.

Une entrée solide dans le genre point and click. S’il vous plaît, Monsieur, puis-je tuer un peu plus ? Vous êtes propulsé dans la peau de Bellona, que certains connaissent comme étant la déesse romaine de la guerre. Ou peut-être la connaissez-vous grâce au tableau de Rembrandt dont le personnage semble être directement inspiré. Un choix de protagoniste tout à fait approprié, puisque le jeu s’ouvre sur une déesse de la mort dans le cadre d’une guerre sainte.

Peu de temps après cette séquence, elle est interrompue par un homme saint qui lui annonce que le Nord a gagné la guerre contre Pierre le Divin. Malheureusement pour elle, cela signifie qu’elle ne peut plus tuer. Il n’est surprenant pour personne qu’elle ne soit pas très impressionnée. Dans les quelques secondes où nous l’avons suivie, il est apparu clairement que le meurtre est sa seule véritable passion dans la vie. Et maintenant, on lui dit que ce n’est plus permis. Mais par chance, Jean l’Immortel (le leader du nouveau régime) a une autre tâche à accomplir pour elle. Bien que Pierre le Divin ait été vaincu, il est toujours en vie dans le Sud. Et c’est un meurtre sur lequel le nouveau leader bienveillant pourrait fermer les yeux.

Voyage dans le Sud

Vous allez donc voir un batelier, qui vous emmènera sur un lougre, qui pourrait vous emmener sur un brick, qui pourrait vous emmener sur une pinasse, qui pourrait vous emmener dans le Sud. Facile. Mais bien sûr, ça ne l’est pas. D’abord, le batelier a besoin de récupérer ses rames, qu’il a données à un homme à qui il manque une paire de béquilles. Et ainsi vous avez votre première énigme. Trouvez l’homme, et trouvez un moyen de récupérer son aide à la marche. Les énigmes sont la colonne vertébrale du jeu, vous serez confronté à un certain nombre de problèmes et d’obstacles qui mettront votre esprit à l’épreuve et pousseront votre ingéniosité à ses limites. En tout cas, c’est ce que j’ai fait avec mon ingéniosité, aussi humble soit-elle. Les énigmes vont des plus simples, comme l’énigme de de la rame mentionnée plus haut, à la plus complexe, comme celle qui consiste à trouver trois bijoux sur la carte pour obtenir une audience avec le Pierre le Divin (plus difficile qu’il n’y paraît, promis).

L’épée est plus puissante que l’énigme

the procession to calvary 20220209094828 min

Ce que j’ai apprécié, c’est que ces énigmes n’avaient pas besoin d’être résolues de la manière habituelle et scriptée. Par exemple, pour obtenir les rames, il suffisait de convaincre l’homme de les donner. La façon dont on pourrait supposer qu’il faut s’y prendre pour les obtenir. Cependant, vous jouez le rôle de Bellona. Pourquoi demander gentiment quand vous avez une bonne épée à la hanche ? Vous avez la possibilité d’affronter les obstacles par la violence et d’obtenir ce que vous voulez de la pire façon possible. Bien que suivre cette voie puisse avoir des conséquences imprévues.

Les énigmes vous donneront certainement du fil à retordre, mais elles ne sont jamais trop difficiles. Ceci étant dit, il y a eu des moments où j’ai vraiment été déconcerté. À deux reprises, je me suis retrouvé coincé. Et même dans ce cas, j’ai eu besoin d’un peu de temps pour manipuler tous les objets interactifs avant de rassembler les pièces du puzzle pour le moment « Aha ! Ces moments ne sont jamais vraiment la faute du jeu, mais la mienne. Les indices étaient là, mais me passaient au-dessus de la tête. Mais ces moments où tout se mettait en place étaient si satisfaisants que je ne pouvais même pas m’en vouloir longtemps.

Un jeu vivant, n’est-ce pas ?

the procession to calvary 20220209094840 min

C’est un jeu qui a beaucoup de caractère et une idée très claire de ce qu’il veut être. L’influence des Monty Python est évidente dès le départ. De l’humour plein d’ironie et d’esprit, à la rupture du quatrième mur, en passant par les superbes visuels qui sont littéralement des peintures qui prennent vie. Cela a rendu le jeu plus que plaisant. J’avais hâte de rencontrer d’autres personnes à qui je pourrais parler, gifler, escroquer ou être escroqué. Chaque PNJ a tellement de personnalité, et même quand ils ne parlent pas, ils ajoutent à la personnalité du monde lui-même.

Votre voyage est plein d’humour et de légèreté, même si votre objectif est le meurtre et que le monde est rempli de gens qui vivent des jours terribles. Comme un champ que vous rencontrez rempli de personnes en train d’être crucifiées.

the procession to calvary 20220206001538 min

Je sais, c’est effrayant, mais le jeu reste tout de même sombrement drôle. Il peut aussi avoir de rares moments de sincérité. Par exemple, un compositeur que vous rencontrez et qui a atteint le plus bas. Il pense que l’œuvre de sa vie et sa musique n’ont aucune valeur pour la société, car seuls les riches peuvent profiter de ses œuvres. Sa musique n’apporte pas la joie qu’un orchestre de mariage pourrait apporter, ou la paix qu’une berceuse procure.

Les sons et les images d’un monde peint

En termes de musique, que peut-on attendre d’un jeu, qui est une peinture de la Renaissance, qui est un jeu ? De la musique classique ! Vous avez des chansons de grands noms comme Bach, Vivaldi et Beethoven. Mais aussi quelques chansons dont je n’avais jamais entendu parler et que j’ai presque instantanément ajoutées à ma toute nouvelle liste de lecture classique, comme Siegfried de Wagner. Ces morceaux étaient bien sûr parfaitement adaptés à l’esthétique et à la période. Cependant, Procession to Calvary est allé encore plus loin en faisant jouer de la musique par des PNJ dans le jeu. Vous verrez un groupe de personnes jouant des cuivres à l’entrée d’une zone, ou un bouffon se déchaînant sur une flûte. J’ai adoré cette touche plus que je ne le pensais.

the procession to calvary 20220205234101 min

J’ai utilisé le mot peinture deux bonnes fois maintenant. Mais pour une bonne raison. Il suffit de regarder n’importe quelle image fixe de ce jeu pour s’en rendre compte. Mais il ne s’agit pas seulement de l’aspect et du style de l’art de la Renaissance. Il y a des portraits et d’autres peintures qui prennent vie dans ce jeu. L’exemple le plus évident est « La fille à la boucle d’oreille de perle » de Vermeer, un PNJ avec lequel vous interagissez dans le cadre de vos objectifs.

De nombreux tableaux de cette période sont, à juste titre, considérés comme des chefs-d’œuvre, c’est pourquoi un jeu avec ce style visuel ne peut qu’être superbe. Et c’est le cas. Mais ce qui le rend plus unique, c’est le mouvement des objets et des personnes. Ils se déplacent à la manière d’une marionnette. Avec les coudes, les épaules et les genoux comme points de levier pour le mouvement. Cela crée un aspect vraiment loufoque dans le mouvement qui convient parfaitement au ton du jeu. En particulier dans l’animation de Bellona, qui est tout simplement ridicule.

Un autre point assez cocace, le créateur du jeu a tout bonnement crée des portraits à l’effigie des développeurs du jeu. Vous pourrez ainsi voir leur visage comme s’ils avaient été peint en 1500.

The Procession to Calvary est disponible sur PS4 et PS5, et également sur PC, Xbox One, Nintendo Switch, Android et iOS.

Résumé

Ce n’est pas le jeu le plus long. Un personne à l’aise pourrait probablement le terminer en deux heures environ. Pourtant, il m’a fallu plus de temps. Il possède également plusieurs fins qui vous permettra de recommencer le jeu avec des choix différents.

Dans l’ensemble, Procession to Calvary est un jeu facile à recommander. Il a beaucoup de style. Beaucoup de personnalité. Il est beau, a une bande sonore solide et vous permet d’être un monstre absolu si vous le souhaitez.

Overall
9/10
9/10
Envoi
User Review
0/10 (0 votes)
0/10
Comments Rating 0/10 (0 reviews)

Pour

  • Une peinture qui prend vie
  • Superbe bande-son
  • Un humour merveilleusement noir
  • Casse-tête stimulants

Contre

  • Un peu court

Leave a Reply

5 × 1 =

Envoi

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mersin escort - izmir escort - bursa escort - escort izmir - izmir yeni escort - escort mersin - mersin yeni escort - izmir sınırsız escort - samsun escort - ankara escort - amasya escort - istanbul escort - izmir anal escort - eskişehir escort -

Personel Sağlık