Resident Evil Village : Vraiment moins flippant ? - GamesPlaystation

Resident Evil Village : Vraiment moins flippant ?

Introduction

Là où Resident Evil 7 était une réinvention complète de ce qu’était et pouvait être la franchise, Resident Evil Village est plutôt un raffinement. Il conserve les éléments fondamentaux établis dans RE7 tout en développant considérablement l’idée de ce qu’est Resident Evil.

RE7 famille Baker

Tout comme le chef-d’œuvre de 2005 de Shinji Mikami, Resident Evil 4, Village redéfinit, développe et fait progresser la franchise et le genre. Il n’est pas surprenant que RE4 ait été une source d’inspiration évidente pour Village. Ce huitième opus de la série survival horror s’inspire du jeu le plus acclamé de la série et n’hésite pas à s’inspirer de son aîné.

Qu’il s’agisse du vague cadre européen, de l’absence de zombies traditionnels, de l’inclusion d’un marchand, de la mission de sauvetage globale ou de l’esthétique générale, Resident Evill Village veut que les joueurs se souviennent de RE4. Et c’est bien normal.

Il est peut-être sorti il y a 16 ans, mais Resident Evil 4 reste le jeu le plus aimé de la série parce qu’il est tellement bon. Alors si Resident Evil Village veut tenter de prendre de bonnes idées, qu’il en soit ainsi.

Au final, ce n’est pas une réussite totale, mais c’est assez proche et, en copiant Resident Evil 4 tout en itérant sur ce qui a été établi dans RE7, Village est facilement l’un des meilleurs jeux de la série.

Mon avis sur Resident Evil Village

Comme RE7, Village se joue à la première personne. Ce qui était un changement radical dans RE7, semble maintenant assez normal, même après RE2 et les remakes de Nemesis. Bien que je sois un grand fan de la perspective à la troisième personne que l’on trouvait dans les premiers jeux, le passage à la première personne a été une décision intelligente de Capcom. L’horreur de RE7 et de Village est beaucoup plus évidente et réelle à la première personne. Le changement de perspective donne également un sentiment de claustrophobie beaucoup plus oppressant.

Alors que les jeux originaux – 1, 2 et 3 – utilisaient des angles de caméra fixes pour obscurcir la vue du joueur et favoriser un sentiment d’effroi et de malaise, RE7 et Village suppriment tout simplement la vision périphérique de l’équation. À la première personne, vous disposez d’un champ de vision beaucoup plus étroit qui, associé à un incroyable design sonore en 3D, vous permet de garder la tête (virtuelle) sur les épaules en scrutant constamment votre environnement à la recherche d’ennemis. Bien que le jeu se déroule en grande partie à l’extérieur, dans des zones ouvertes, vous n’avez jamais vraiment l’impression que vous n’êtes pas un peu envahi et, bien que la perspective à la première personne y contribue le plus, la conception des niveaux de Village n’est pas loin derrière.

L’inspiration

Resident Evil Village - Le Village

S’inspirant de RE4, Village se déroule, eh bien… dans le village comme l’indique le titre. Petit, labyrinthique et difficile à traverser, le lieu central du jeu est exceptionnel par sa fonction et sa simplicité. Resident Evil Village crée l’illusion d’un grand espace presque ouvert, mais en réalité, il s’agit d’un ensemble classique de pièces et de couloirs interconnectés, bien qu’ils soient habilement dissimulés. Village pousse les standards de conception de niveau de la série un peu plus loin que d’habitude, en donnant aux joueurs non pas un, deux ou même trois “manoirs” à explorer, mais quatre. Sans compter le Village lui-même et la myriade d’autres zones extérieures.

Faisant progresser de plusieurs pas le concept original de la “maison hantée”, Village est capable de jouer avec les attentes des joueurs, de les détourner et de leur offrir de véritables surprises et chocs. Après plus de 20 ans, c’est un véritable exploit que d’être encore capable d’effrayer les joueurs et, sur ce plan, Village est à la hauteur. Au cours des quelque 20 années qui se sont écoulées depuis que Resident Evil a fait irruption sur la scène, tel un dobermann zombifié traversant un vitrail, les jeux d’horreur ont radicalement changé et, alors que Resident Evil s’est obstiné pendant longtemps à contrôler des tanks, après le désastre de RE6, Capcom a cherché l’inspiration ailleurs que dans la série. Les jeux d’horreur de la nouvelle vague les plus réussis, comme Amnesia et Outlast, ont servi de modèle pour revigorer la série.

Avec Village, après avoir réinventé la série avec RE7, Capcom est retourné à Resident Evil 4 comme source d’inspiration. Cependant, Village s’inspire également des classiques de l’horreur pour aller encore plus loin. RE Village est à parts égales RE4, RE7, Dracula, Frankenstein et Poltergeist et bien que je ne puisse pas être plus précis sans tomber dans les spoilers, je peux vous assurer que Village réussit à faire le saut entre ces différents thèmes et histoires de manière transparente et tout en offrant des expériences de jeu très différentes. Avec autant de choses incluses dans Village et autant d’éléments disparates tissés ensemble, cela aurait pu être un véritable gâchis. Heureusement, Capcom a réussi son pari.

Resident Evil Village - Cérémonie

Cette réalisation fait partie intégrante de la création de l’atmosphère qui fait de Village un tel succès. L’atmosphère est essentielle dans Resident Evil et Village fait tout pour que les joueurs en aient toujours juste assez. Que vous exploriez le village étrangement vide, le château gothique, le réseau de grottes et de mines ou n’importe quel autre endroit, Village donne toujours la chair de poule. La terreur et la tension sont réelles. Ceci étant dit, les voix sont terribles, mais il fallait s’y attendre.

Vraiment moins flippant ?

Tout comme RE4 a dit “adiós” aux zombies en faveur des Ganados, Village utilise les Lycans comme ennemi de choix. Conçus comme des “proto-zombies”, les Lycans sont, comme leur nom le suggère si subtilement, de simples loups-garous. Lorsque j’ai appris que Resident Evil allait remplacer les zombies par des loups-garous et des vampires, j’étais plutôt sceptique. Cependant, les nouveaux ennemis sont un vrai régal et ils sont bien plus attachants que les ennemis moulés de RE7. Ils sont également beaucoup plus mobiles et vous gardent sur le qui-vive en combat. Au lieu de se diriger vers vous et de dévier de temps en temps d’un côté à l’autre, les Lycans tenteront d’esquiver vos attaques et de synchroniser les leurs. Cela rend l’expérience plus tactique, ce qui contribue à l’impression générale de survie.

Resident Evil Village - Poupée

Les munitions sont certes abondantes, mais le nombre de tirs nécessaires pour abattre les ennemis l’est tout autant. Si vous êtes trop enthousiaste, vous risquez de vous promener avec un chargeur vide et de devenir la proie des loups. Une section en particulier, à la fin du deuxième acte, ne peut être décrite que comme “Michael Baysienne”. C’est de l’action pure et simple, à fond les ballons, mais ça marche quand même parce que c’est un cas unique et que tout ce qui se trouve de part et d’autre est mesuré, tendu et dégoulinant d’horreur. C’est un moment de gloire mérité dans un film d’action, qui offre une pause bien nécessaire dans la terreur.

Parce que Village se joue, dans l’ensemble, exactement comme Resident Evil 7, le risque qu’il devienne un véritable jeu de tir à la première personne est inexistant. Les joueurs ne disposent pas d’un contrôle de visée suffisamment fin (du moins pas sur console) pour être en mesure d’abattre des ennemis à gauche et à droite et les mouvements du personnage sont suffisamment lents pour empêcher les joueurs de courir et de tirer. Vous pouvez essayer, mais c’est un moyen sûr d’être à court de munitions instantanément. Village encourage les mouvements lents et réguliers, en prenant votre temps pour aligner vos tirs et en avançant prudemment afin de réduire le nombre de fois où vous serez surpris. Cela ne fonctionne pas toujours, mais c’est une bonne chose. Dès que j’ai commencé à me reposer sur mes lauriers, quelque chose de nouveau m’a surpris, a fait battre mon cœur et m’a rappelé pourquoi j’aime cette série une fois de plus.

Côté esthétique et sonore

Grâce au RE Engine, Resident Evil Village est absolument magnifique, surtout sur PS5. Comme il s’agit d’un titre cross-gen, Village n’est pas capable d’offrir une fidélité visuelle comparable à celle des bandes-annonces de Ratchet & Clank, mais il n’en reste pas moins un jeu incroyablement beau et détaillé. Grâce à la puissance des consoles actuelles, le jeu tourne à une fréquence d’images constante et fluide, sans accroc ni contretemps, même lorsque l’écran est envahi de loups poilus qui essaient de vous démolir.

En tandem avec les images, le design audio est sans égal. Si vous voulez tirer le meilleur parti de Resident Evil Village, vous vous devez d’y jouer avec un son surround adéquat, que ce soit par le biais d’enceintes ou d’un casque. Le fait de pouvoir entendre les grognements et les gargouillis gutturaux des ennemis tout autour de vous élève la peur à un tout autre niveau.

Quelques regrets

Mais tout n’est pas parfait dans Resident Evil Village. L’histoire, bien qu’intéressante, est un peu fuyante et, à la fin, je n’aurais pas pu me soucier davantage de ce qui s’était passé. Il y a une tentative minuscule, microscopique, de relier Village à la série plus large (en dehors de RE7), mais c’est du bout des lèvres, au mieux. C’est un oeuf de Pâques sympathique, mais c’est à peu près tout. Malheureusement, si l’histoire n’a rien d’extraordinaire, le traitement réservé à Ethan, le protagoniste de RE7, est presque criminel. Sans spoiler ici, il est totalement sous-utilisé et totalement oubliable, ce qui est dommage puisque c’est à travers son objectif que nous voyons l’action.

Resident Evil Village

La dernière partie du jeu est complètement tournée vers l’action pure. C’est assez dommage car cela peut sortir un peu le joueur de l’ambiance générale du Village et des autres lieux.

Stat partie RE8
Resident Evil Village : Vraiment moins flippant ?
  • - 8.5/10
    8.5/10

Résumé

Si l’on met de côté les petites critiques négatives, Resident Evil Village est un classique de l’horreur moderne. Même s’il n’atteint pas les sommets de Resident Evil 4 ou du meilleur de la série, Resident Evil 2, Village est un jeu tout à fait digne du nom de Resident Evil. Rejouable à l’infini et présentant une excellente version des Mercenaires à la première personne, Village vaut vraiment la peine que vous y consacriez du temps et de l’argent.

Lorsque le marchand vous demandera : “Qu’est-ce que vous achetez ?”, votre réponse devrait être : “Resident Evil Village”.

Overall
8.5/10
8.5/10
Envoi
User Review
0/10 (0 votes)
0/10
Comments Rating 0/10 (0 reviews)

Pros

Conception de niveau et atmosphère excellente

Véritablement effrayant et quelques vraies surprises

Un jeu d’horreur à la première personne affiné et amélioré

Une lady Dimitrescu emblématique et charismatique

Une grande rejouabilité pour atteindre le 100%

Cons

Une histoire assez pauvre avec des liens ténus avec la série

Des personnages terriblement sous-utilisés

Parfois léger sur l’horreur, lourd sur l’action

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email

Découvrez d'autres tests !