Test Returnal : J'ai brisé le cycle - Voici mon avis - GamesPlaystation

Test Returnal : J’ai brisé le cycle – Voici mon avis

Après plusieurs dizaines d’heures sur le jeu, je vous propose mon avis sur Returnal. Malheureusement, je n’ai pas encore réussi à platiner le jeu. Cela ne m’empêche pas d’avoir terminé le jeu plusieurs fois. Bonne lecture.

Returnal est un jeu qui a fait pas mal de bruit lors de sa sortie le 30 Avril 2021. Peut-être ne l’avez-vous vu qu’à travers les apparitions de State of Play et les promotions sur les réseaux sociaux, ou peut-être l’avez-vous suivi depuis un moment déjà, soit parce qu’il vous a tapé dans l’œil, soit parce que vous attendiez le prochain projet de Housemarque. Si vous êtes dans ce dernier camp et que vous aviez hâte de le récupérer, votre œil pour les jeux prometteurs est louable. Returnal est l’un des meilleurs titres sortis en 2021 jusqu’à présent et constitue une superbe vitrine du potentiel de la PlayStation 5.

Alors, ça parle de quoi ?

Dans le nouveau jeu de Housemarque vous jouez le rôle de Selene, une astronaute pragmatique qui s’écrase sur la planète Atropos sans pouvoir trouver d’issue à sa situation. Ajoutez à cela une faune et une flore hostiles et des vestiges de civilisations extraterrestres à décoder et vous obtenez la recette d’une expérience forte et familière.

À un moment donné, après avoir pris vos marques dans Returnal, vous mourrez. Une fois que vous reviendrez, il y a de fortes chances pour que vous ne tardiez pas à mourir à nouveau. La structure roguelike du jeu renvoie les joueurs au point de départ de leur histoire, avec la plupart, mais pas la totalité, des ressources collectées. La première mort est la plus grande perte de confiance de toutes, il est donc préférable de s’en débarrasser rapidement et de se faire à l’idée de mourir ensuite.

C’est probablement le meilleur moment pour mentionner que je n’aime pas beaucoup les roguelikes, donc Returnal a eu ce désavantage dès le début. De nombreux roguelikes sont considérés comme difficiles et injustes dans leurs tentatives de frapper le joueur en douce et de rendre sa progression futile, mais Returnal n’emploie pas de telles tactiques. Au cours des 14 morts de ma première partie complète du jeu – un nombre respectable à mon avis, même si j’ai souvent eu l’impression que ce nombre serait beaucoup plus élevé – Returnal a toujours été mécaniquement très serré, chaque mort étant méritée et permettant d’apprendre quelque chose.

Bilan Returnal PS5

Quelque part entre toutes ces morts, vous devrez vous familiariser avec le système de combat de Returnal. Le “Roguelike” est peut-être une partie de la formule de Returnal, mais c’est le style de jeu de tir “bullet-hell” que le jeu utilise qui alimente l’action. La première rafale de faisceaux d’énergie, d’orbes à tête chercheuse et de lasers pulsés qui vous sera lancée vous laissera bouche bée et vous vous demanderez comment vous avez pu vous retrouver au début du jeu, mais avec le temps, vos courses paniquées deviendront des danses pratiquées. La riposte aux projectiles qui sifflent au-dessus de votre tête et aux barres de santé qui s’abaissent est l’une des sensations les plus intenses que Returnal offre, et elle se renouvelle avec chaque nouveau biome.

Derrière ce combat se cache ce qui ressemble à un jeu entièrement différent, un jeu de “Ceci ou cela” utilisé tout au long de Returnal. En pesant les avantages et les inconvénients de chaque arme que vous rencontrez dans votre arsenal à arme unique, ainsi que les risques de dysfonctionnements et d’autres pénalités, les joueurs doivent prendre d’innombrables décisions à la volée. Vous êtes contraint d’adopter différents styles de jeu en fonction de ce que vous rencontrez. Mais lorsque tout se met en place et que vous obtenez un cycle avec une configuration parfaite, c’est un sentiment puissant qui vous rend encore plus hyper concentré pour vous assurer de le garder le plus longtemps possible.

Les collectibles de Returnal

Bien que l’histoire de Returnal ait une structure stéréotypée, elle devient beaucoup plus compliquée une fois qu’on la découvre. Une grande partie de ce que vous apprendrez sur Selene viendra de votre mort et de la découverte de ses souvenirs pour reconstituer son passé. Cela se fait en partie en trouvant des enregistrements audio à travers Atropos, une décision basée sur l’histoire également bien gérée par Housemarque. Les Xenoglyphes et les secrets cachés sont deux façons rapides de briser la carapace de Returnal, c’est pourquoi Housemarque a intelligemment limité les éléments de construction de l’histoire dans les zones de combat actif aux seuls journaux audio. Ils sont tous relativement faciles à trouver pour donner aux joueurs quelque chose à trouver sur leur chemin, mais on ne vous demande jamais de vous éloigner trop de votre chemin pour les trouver.

La narration perd un peu de son dynamisme au fur et à mesure que le jeu avance, ou plutôt elle échange le point culminant contre la compréhension. Il est difficile de dire exactement où cela se produit, mais il y a un changement dans la deuxième moitié du jeu qui reflète un sentiment d’urgence et les conséquences des découvertes de Selene. La nature “mourir, vivre, mourir à nouveau” du jeu est en partie responsable du fait que l’histoire n’est pas suffisamment soutenue. Les joueurs peuvent rester tellement bloqués dans un biome particulier en se concentrant sur la survie qu’au moment où vous vous libérez pour passer au niveau suivant, vous avez l’impression de revenir à un livre que vous avez mis en pause et vous avez du mal à vous souvenir des détails qui vous ont mené jusqu’à ce point.

Les sensations

Alors que la plupart des caractéristiques qui définissent Returnal se rejoignent pour former un jeu de tir méticuleux et intense et un thriller déroutant, ce sont les fonctionnalités utilisées par Housemarque avec la manette DualSense qui élèvent Returnal au-dessus des autres jeux PlayStation 5. Le retour haptique ressenti sur tout, des plus gros coups aux gouttes de pluie tombant sur votre combinaison, signifie qu’il n’y a presque jamais quelque chose qui se passe dans le jeu dont la manette ne vous fait pas prendre conscience.

L’utilisation des gâchettes adaptatives de la manette est encore meilleure. La tension lors de l’utilisation d’un arc ou d’autres actions lourdes et fatigantes ont été les situations les plus courantes nécessitant des gâchettes adaptatives dans d’autres jeux, mais l’utilisation par Returnal d’un mode de tir alternatif sur la gâchette gauche est la première véritable démonstration du potentiel de cette fonctionnalité. Au début, il était difficile d’imaginer qu’une capacité d’armement aussi importante soit enfermée derrière une fonction relativement nouvelle qui pourrait facilement être utilisée par accident en appliquant trop de pression, mais Returnal trouve un équilibre avec juste ce qu’il faut de tension sur la gâchette pour éviter que cela ne se produise. Le fait de décharger sur un ennemi et d’entendre votre capacité de tir alternatif sortir de son délai de récupération donne l’occasion d’appuyer sur la gâchette pour créer un moment “ça y est !” qui ne pourrait pas être recréé de manière conventionnelle.

Côté jouabilité, je n’ai pas rencontré de gros bug, comme la fameuse corruption de la sauvegarde. Les différentes mises à jour de Returnal fournies par le studio m’ont permis de conserver une certaine fluidité du jeu.

Returnal ne battra peut-être pas d’autres titres plus attendus pour le titre de “GOTY” à la fin de l’année, mais il ne sera en aucun cas oublié alors que le potentiel du matériel next-gen est exploré. D’autres jeux utiliseront peut-être des mécanismes similaires à l’avenir, mais on se souviendra toujours de Returnal comme l’un de ceux qui l’ont fait en premier et, à partir de maintenant, l’ont fait le mieux.

Returnal : J'ai brisé le cycle - Voici mon avis

Résumé

Returnal est un jeu qui divise depuis sa sortie le 30 Avril dernier. Avec son exigence particulièrement présente, il faut un temps d’adaptation pour connaître ses ennemis. Cependant, le jeu devient jouissif lorsque la progression est présente. J’ai pris un vrai plaisir à terminer plusieurs fois le jeu afin de découvrir la “vraie fin”. 

Overall
8/10
8/10
Envoi
User Review
0/10 (0 votes)
0/10
Comments Rating 0/10 (0 reviews)

Pour

L’ambiance de la planète type “Alien”

Le son 3D à couper le souffle

Les sensations Dualsense en main 

La rejouabilité infinie 

La BO magnifique

Contre

L’histoire difficile à cerner avec les recommencements perpétuels

Le côté “procédural” qui rend difficile la recherche des collectibles

Le manque de biome

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email

Découvrez d'autres tests !

Riders Republic

J’ai pu tester Riders Republic sur PS5

Je dévale la pente d’une montagne à vélo, entouré de plus de 50 autres joueurs. Je dévale la pente d’une montagne à vélo, entouré de