Test d'Oddworld : Soulstorm sur PS5 - Follow me - GamesPlaystation

Test d’Oddworld : Soulstorm sur PS5 – Follow me

Test d'Oddworld Soulstorm sur PS5

La franchise Oddworld a une valeur nostalgique pour beaucoup de gens, surtout lorsqu’il s’agit de ses deux premiers titres – Abe’s Oddysee et Abe’s Exoddus – sur la PlayStation originale et sur PC. Certains seront peut-être surpris d’apprendre qu’Exoddus, sans doute le meilleur des deux, était considéré comme un spin-off et ne faisait pas partie de la “quintologie” Oddworld prévue à l’époque par le créateur Lorne Lanning et Oddworld Inhabitants. Ce rêve à long terme n’a malheureusement jamais été réalisé, mais avec la sortie en 2014 du remake d’Abe’s Oddysee, intitulé New ‘n’ Tasty, la quintologie prend un nouveau départ et une nouvelle chance. Curieusement, le prochain de ces cinq jeux parvient à ramener Exoddus au bercail, avec une réimagination complète de la deuxième aventure d’Abe sous la forme d’Oddworld : Soulstorm.

Bien qu’il suive vaguement le plan établi par le premier Exoddus, ce deuxième chapitre de la nouvelle quintologie Oddworld fait prendre à la narration des tournants nettement nouveaux et différents et offre une interprétation résolument plus moderne. Comme auparavant, l’histoire voit Abe et ses quelque 300 compagnons Mudokons esclaves vivre leur vie après s’être échappés (et avoir détruit) de Rupture Farms dans le premier jeu, avant de découvrir accidentellement un autre sinistre complot qui menace à la fois les milliers de Mudokons asservis restants ainsi qu’Abe et ses compagnons nouvellement libérés. Soulstorm se débarrasse d’une grande partie du mysticisme qui faisait avancer l’intrigue dans Exoddus, mais le remplace par une narration plus intelligente et plus cohérente qui reste dans l’esprit de l’humour noir et de la satire du consumérisme et du capitalisme de la série.

Ce qui fait ressortir le meilleur de cette nouvelle version, c’est la qualité de sa présentation, avec des scènes animées et des rendus magnifiques qui font un travail fantastique pour dépeindre les personnages d’Oddworld, déjà très appréciés. Abe et ses amis, ainsi que les Glukkons et les Sligs, sont à la fois attachants et repoussants, ce qui est la quintessence de la franchise. Les petits yeux tristes d’Abe me touchent à chaque fois, et le jeu l’emmène dans des endroits visuellement intéressants (bien que trop industriels). L’interprétation vocale est également très bonne, avec en prime quelques apparitions dans l’industrie, même si le mixage audio, dans et hors des cutscenes, aurait besoin d’être retravaillé.

Puzzle Oddworld Soulstorm

Quiconque a joué aux aventures originales d’Abe ou à New ‘n’ Tasty sera immédiatement familier avec le concept de jeu global de Soulstorm. Un mélange de plates-formes, de furtivité et d’énigmes sur (comme le studio le décrit) un plan en 2,9D, c’est sans aucun doute une nouvelle version d’Exoddus, mais Oddworld Inhabitants a cherché à injecter dans la formule établie une série de nouveaux éléments de type RPG. Comme auparavant, chaque niveau est un parcours essentiellement linéaire qui permet à Abe de franchir des obstacles, d’éviter des pièges et de se faufiler autour des ennemis tout en essayant de sauver ses compagnons Mudokons.

Il s’agit toujours de l’un des meilleurs jeux de plates-formes à énigmes du moment, qui ajoute des couches stratégiques supplémentaires, Abe devant gérer la sécurité de ses disciples ressemblant à des Lemmings et utiliser intelligemment sa capacité à posséder les grunts Slig qui tentent de contrecarrer sa fuite. En tant que fan de l’original, il est un peu déroutant de voir que Gamespeak a été réduit à quelques commandes seulement, mais les choses restent simples et intuitives, et les modificateurs contextuels permettent de gérer facilement les groupes et de les garder furtifs. Il n’empêche que ça craint de ne plus pouvoir péter et grogner sur mes amis sur commande.

Oddworld - Badge / défis

En plus du gameplay que les fans connaissent depuis le dernier jeu, Soulstorm introduit une foule de nouveaux objets et gadgets dans l’arsenal d’Abe, ainsi qu’un système d’artisanat pour les fabriquer. J’étais intrigué de savoir comment l’artisanat pourrait rapporter dans un jeu construit à partir de niveaux fermés et linéaires, et la réponse est un “juste assez” attendu. En général, le jeu vous donne juste assez de ressources pour fabriquer ce dont vous avez besoin pour le défi à venir, alors cela semble superflu, comme si quelqu’un avait suggéré que l’ajout de l’artisanat moderniserait le jeu mais n’avait pas réfléchi à la façon dont, ou si, cela améliorerait la boucle principale. Les objets qu’Abe peut fabriquer sont cependant très amusants à utiliser, qu’il s’agisse de bombes fumigènes pour faciliter la traversée furtive, de bonbons rebondissants ou de bombes de soda collantes.

Tous ces objets alimentent les nouveaux systèmes de progression qui mesurent le succès de la mission d’Abe. Comme auparavant, sauver autant de Mudokons que possible (et limiter les pertes malheureuses) est la clé pour obtenir les meilleures fins du jeu, mais cela fonctionne un peu différemment cette fois-ci. Le critère pour terminer un niveau avec un bon “Quarma” est de sauver au moins 80 % des Mudokons qui s’y trouvent. Les quatre fins possibles du jeu (et quelques contenus supplémentaires d’après-jeu) sont ensuite déterminées par le pourcentage de niveaux terminés avec un bon Quarma.

Trophée - Oddworld Soulstorm

En plus de cela, il y a des “badges” qui fonctionnent comme des mini-réalisations pour remplir les conditions d’achèvement dans les niveaux, ainsi qu’un décompte du nombre de Sligs qu’Abe tue en cours de route. Un style de jeu complètement pacifiste ne semble pas possible d’après mon expérience, grâce à une poignée de sections spécifiques, mais c’est un plaisir décent d’utiliser efficacement les nouveaux outils d’Abe pour s’assurer que les mercenaires de l’ennemi rentrent chez eux auprès de leurs familles d’extraterrestres.

Les nouveaux systèmes de Soulstorm encouragent la rejouabilité, mais ils sont minés par un peu trop de sensibilités de conception de la vieille école. Par exemple, certains niveaux semblent beaucoup trop longs. Cela peut sembler bizarre de se plaindre de cela, mais il est trop facile de rater des choses et d’être obligé de rejouer un niveau entier de 40-50 minutes juste pour les obtenir. En effet, bien que l’échelle incroyable et le fait que vous soyez souvent capable de voir des sections plus lointaines en arrière-plan soient très impressionnants, la plupart des niveaux sont des affaires entièrement linéaires avec peu de possibilités de retour en arrière. Les points de contrôle sont assez fréquents, ce qui aide, mais le fait que vous ne puissiez pas réutiliser un point de contrôle avant d’atteindre le suivant signifie également que vous passerez beaucoup de temps à récupérer et à recréer des objets si vous devez répéter des sections particulièrement difficiles.

Ce qui arrivera souvent, car Oddworld : Soulstorm est un jeu assez difficile. C’est une caractéristique de la série, et c’est quelque chose que j’ai apprécié avant de commencer ma partie. Le défi que représentent les énigmes furtives du jeu est formidable, comme il l’a toujours été, mais je n’étais pas préparé au nombre ridicule de morts faciles que j’ai subies à cause des commandes peu fiables et du manque surprenant de finition du jeu. Le nouveau double saut d’Abe est une bénédiction, rendant les plateformes à la fois plus faciles à gérer et plus amusantes, mais sa capacité à attraper les rebords et les barres de singe à la fin de ces sauts est au mieux irrégulière. L’utilisation d’un seul bouton contextuel pour interagir avec plusieurs objets, dont beaucoup sont placés juste à côté les uns des autres, est également beaucoup plus délicate qu’elle ne devrait l’être.

J’ai pu rencontré quelques bugs sur le jeu, cependant, je n’ai pas rencontré de gros bugs marquants comme certains ont pu en avoir.

D’autres screenshots de ma partie.

Après ces heures de jeu super intéressantes, je passe sur Returnal.

Test d'Oddworld Soulstorm sur PS5 - Follow me
  • Mon avis final sur Oddworld Soulstorm - 7.5/10
    7.5/10

Résumé

Oddworld : Soulstorm est un grand et beau puzzle plate-forme avec l’esprit des aventures d’Abe intact et quelques nouvelles idées intéressantes. Les fans d’Oddworld voudront certainement y jeter un coup d’œil pour découvrir les quelques nouveautés apportées au jeu. Malheureusement, il semble que parfois, des bugs interviennent et gâchent l’aventure.

Overall
7.5/10
7.5/10
Envoi
User Review
0/10 (0 votes)

Pros

Direction Artistique aux petits oignons

Des phases de puzzles très prenantes

Un level design soigné

La rejouabilité pour obtenir tous les éléments

Les multiples fins possibles

Une nouvelle version captivante de l’histoire originale

Cons

Pas de VF

Impossible de péter ? Mais WTF ^^

Des bugs parfois présents et gênants

L’artisanat est superflu

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email

Découvrez d'autres tests !